Randon'aviron: Descente de la Haute Sambre

Le 7 octobre, jour de rentrée, Alix faisait sa première randon'aviron. 35km entre Jeumont et Landelies. Voici ces impressions.

Samedi matin 7h, la sonnerie du réveil retentit. Encore à moitié endormie, je file dans la douche, j’enfile mes vêtements de sport et direction la gare. Je suis un peu stressée en les rejoignant dans le train, car je ne connais pas grand monde et mon niveau en aviron est loin d’être parfait.

Directement, les autres rameurs m’ont parlé et le stress est disparu. On arrive à la gare de Landelies, quelques minutes de marche jusqu’à Jeumont où la remorque avec les yolettes arrive. Première découverte : les yolettes se démontent en partie pour les mettre sur remorque : il faut visser, serrer, rajouter des pièces… Tout le monde participe et en dix minutes les quatres yolettes de Wépion et les deux yolettes de Visé sont prêtes.

On monte dans les bateaux tous ensemble. Et notre petite flotte de six yolettes démarre dans la magnifique vallée de la Haute Sambre. Les paysages sont à couper le soufle malgré la météo maussade. Dans le bateau et entre les bateaux, l’ambiance est conviviale et chaleureuse. Deuxième découverte : le passage d’écluse et la gaffe. La première écluse arrive : les débutants comme moi s’emmêlent un peu avec les avirons. On colle tous les bateaux l’un contre l’autre. En attendant que l’eau descende, comme pour nous rassurer, on raconte l’anecdote de la yolette qui s’est cassée dans une écluse quelques années auparavant. Ouf : les portes s’ouvrent et on sort de l’autre côté en nous tirant avec une corde et le barreur qui rame. Plus que 7 écluses à passer.

La matinée se poursuit dans la bonne humeur. A chaque écluse, Louis nous présente l’écluse, le village et a un petit mot à dire. Ca déclenche quelques fou-rires! Vers midi, nous arrivons à l’écluse de Lobbes. Un verre bien mérité (de vin ou de peket) nous attend avec le pic-nic, les tartes, gateaux… Après l’effort, le réconfort!

Repus et remis en forme, on se prépare à repartir. On change les places dans le bateau : me voilà à la barre pour la première fois, il parait que c’est facile. Après deux-trois mauvais tournants, je me débrouille et je profite des paysages tout en bavardant avec Gérald. Au milieu de l’après-midi, je commence à refroidir de ne plus bouger et une des rameuses fatigue. Nouvelle découverte : on peut changer de place dans le bateau au milieu de l’eau! Je passe à quatre pattes au dessus de tout le monde pour me mettre en dernière place et la rameuse de la dernière place me remplace à la barre. Un bon fou rire plus tard, nous voilà reparti vers notre dernière étape : Landelies. On arrive au point de rendez-vous tous en même temps. On nous attend, un banc est installé dans l’eau pour ne pas qu’on descende les pieds dans l’eau. On manoeuvre pour rentrer dans le couloir exigu d’arrivée. De là, les autres reprennent nos avirons. Ensuite, marche à quatre pattes sur les bords du bateau et hop sur le banc. Nous voilà sur la terre ferme. Plus qu’à démonter les bateaux, les mettre sur la remorque. Repos bien mérité.

Mais la journée n’est pas finie. Tout est prévu : pour se réchauffer, on va boire une bière locale dans un café du village et le soir repas au club house à Wépion. (Je n’ai pas assisté à la fin de la journée car j’étais venue en train.)
J’ai un très bon souvenir de cette journée. J’ai rencontré des rameurs très sympas que j’espère recroiser. De ce 7 octobre, je garde en mémoire les magnifiques paysages de la Sambre, la bonne humeur générale, l’organisation au top du RCNSM et l’exploit d’avoir ramé 35km.

des photos:
https://photos.google.com/share/AF1QipMsql-hrfU26lbbrDNeBj7DCoK_AUaXEbrg...

Photos de Philippe et Anne du RCNSM :

https://photos.google.com/share/AF1QipOMAcmPjfQZoNS9mmVAtexpUvVjIOhrPzqG...

J'espère que ce récit vous donnera également l'envie de participer à une randonnée à l'aviron. C'est une facette très chouette de ce sport. Il y en a beaucoup organisées en Belgique et en France.